Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /homepages/17/d317261532/htdocs/webelan/config/ecran_securite.php on line 283
L'élan vert
    • Drôle d’engin pour Valentin

      Ricochet, Sophie Pilaire

      C’est absolument tiré par les cheveux, et c’est pour cela que ça marche. Gagné par le rire de l’histoire du mouton, le lecteur est tout à fait prêt à passer à autre chose, à savoir les machines de de Vinci et leurs applications. Si elles ne sont donc pas franchement exploitées dans l’album, on les explique par contre avec concision et clarté à la fin. En prenant du recul, on appréciera alors la façon détournée de nous rappeler la supposée folie tourbillonnante du génie ! Les illustrations colorées, à la ligne claire un peu coupante, amènent elles aussi leur lot de drôlerie inventive. (…)


      Bibliothèque Pour Tous

      […] Une petite histoire amusante et rimée, sans prétention, pour faire découvrir Léonard de Vinci. L’illustration est au diapason : les tourelles Renaissance en toile de fond et les installations bizarres du jardin évoquent le Clos Lucé ; quant aux croquis de Léon et aux machines qu’il invente, ils sont signés du maître ! Suit une double page documentaire pour présenter de vraies maquettes. L’ouvrage s’achève sur une biographie bien articulée autour de questions simples : elle permet d’appréhender tous les domaines d’expression de ce génie.


      Lulu

      La vertu pédagogique permet de comprendre la fascination qu’a toujours exercée le chef-d’œuvre de Léonard de Vinci sur ceux qui le regardent. Et ce depuis 1506. À commencer par le personnel du musée du Louvre. Vincenzo Perrugia dans la réalité, Angelo dans le livre : le vitrier italien tombe en pâmoison chaque fois qu’il voit sa Mona. "Molto bella !", fait dire l’auteure Géraldine Elschner à l’amoureux des arts, à l’amoureux de Mona Lisa sa compatriote.

      Le dessinateur, Ronan Badel croque à merveille les rues de Paris, le sourire mystérieux de La Joconde et l’ambiance feutrée du musée. Ambiance feutrée, oui, jusqu’à ce que le vol soit avéré, un triste jour de 1911. Même les invités de La Cène, le tableau voisin, se bousculent dans le coin du cadre pour découvrir le mur… vide. "Evaporée, sfumata !". Elle ne sera retrouvée qu’en 1913. Les journaux tapissent alors les colonnes Morris de leurs gros titres : "Enfin !", "Mona est revenue !"

      Comme avec tous les ouvrages publiés dans la collection Pont des arts, le lecteur apprend et s’amuse en même temps.

      Les dernières pages du livre fournissent en effet des informations précieuses sur l’histoire du célébrissime tableau, reproduit fidèlement en pleine page en fin d’ouvrage (avec un Angelo prosterné à ses pieds sur la page d’à côté) et sur Léonard de Vinci lui-même.


 

Les éditions de L’Élan vert bénéficient du soutien de Ciclic-Région Centre dans le cadre de l’aide aux entreprises d’édition imprimée ou numérique.

elan vert