Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /homepages/17/d317261532/htdocs/webelan/config/ecran_securite.php on line 283
L'élan vert
    • Le Petit train de huit heures

      Maman Baobab

      Tous les jours, tous les jours, il suit le chemin tracé, il est à l’heure, il reste sur les rails, le petit train de huit heures. C’est ce que j’imagine en tout cas quand je lis les premières lignes de l’album, celles dans lesquelles le Petit Train de 8 heure, décide de profiter que son conducteur se soit endormi, pour filer, filer, filer mais pas droit, pas droit du tout ! Il quitte les rails, traverse les champs, la forêt, roule sur des lianes, fait des grands huit, oiseaux, vaches, papillons, le petit train file bon train dans la nature, montagnes, océan, rien ne l’arrête, pas même une horde d’indiens. Le petit train joue au western, au train fantôme, au train express, traverse les mers, les airs et l’arc-en-ciel, son auteur et illustrateur de grand talent, Eric Battut, joue avec ses pinceaux, les expressions, les couleurs et les mots pour offrir au petit train de huit heures une aventure que l’on prendrait bien, hors des sentiers battus. Oserais-je écrire dans les sentiers Battut ?


      Nous Voulons Lire

      La SNCF pourrait peut-être faire la promotion de cet album où Eric Battut raconte l’histoire de ce train qui décide de « quitter les rails » ? Car ce « déraillement désiré » est justement une invitation au voyage puisqu’il passe dans les prés sous le regard d’une vache, visite une forêt, rencontre le yeti, devient un sous-marin, est poursuivi par les indiens, etc. Comme quoi les rêves ont besoin de désobéissance et de refus des habitudes ! les situations laissent parler l’imaginaire de l’enfant et à chaque page on découvre en plus l’univers poétique du texte où Eric Battut s’amuse à jouer aussi avec le mot train : « j’étais plein d’entrain », « je menais grand train »…, jeux de mots qui renforcent encore le plaisir de lire l’histoire. Il n’y a pas une seule image sans le rouge, que ce soit le soleil, la gare, la prairie. Même la jungle possède du rouge ! De plus les images sont à chaque fois sur la double page, laissant la moitié d’une des pages pour le texte, ce qui apporte une symbiose entre les illustrations et le texte.

      JC.B


 

Les éditions de L’Élan vert bénéficient du soutien de Ciclic-Région Centre dans le cadre de l’aide aux entreprises d’édition imprimée ou numérique.

elan vert